Les événements “Coup de Projecteur sur l’ESS” sont l’occasion de mettre en lumière, partager et échanger avec des acteurs de l’ESS, qu’ils soient entrepreneurs, en structure associative ou qu’ils proposent des formations dans le secteur. 

Lors de la dernière rencontre, c’était Damien Reiss, qui a monté sa marque de vêtements éthiques Fullness Clothing qui prenait la parole à Strasbourg. Le 10 avril, c’est Diane Domon, fondatrice de l’agence de communication bienveillante Z’Est qui revient sur son parcours, en ligne cette fois, confinement oblige…

Tout le monde étant arrivé sur Zoom, Fabien Schmitt, co-fondateur de l’association Activ’Action rappelle les objectifs de cet événement ouvert à tous, la thématique et l’invitée, mais aussi et surtout, l’importance de la dimension d’échange et de partage de ce temps. Et pour faciliter ces échanges, dans un contexte numérique, Fabien propose de mettre en place une communication gestuelle ainsi que l’utilisation de posts-it, comme on l’aurait fait lors d’un événement en physique. Tous les participants peuvent donc noter à tout moment une question à poser, une ressource à partager à Diane ainsi qu’une phrase inspirante.

 

Comme souvent durant les ateliers Activ’Action, on va briser la glace en se présentant aux autres participants par deux choses qui nous caractérisent. Fabien nous divise en sous-groupes, et rappelle que c’est l’occasion de partager ce que l’on aime faire ! Le ton est donné !

Nous nous retrouvons à 4, parfaits inconnus, un peu timides, et c’est Chantal* qui fait le premier pas en confiant sa passion pour la marche mais aussi pour les livres. Sophie profite d’un point commun pour rebondir : “J’adore marcher aussi, je fais beaucoup de randonnées !”. Des sourires sont échangés et on commence à sentir que la gène s’estompe. On en profite pour échanger sur notre localisation actuelle, Valérie qui vient d’Orléans jubile presque de la situation de confinement : Elle peut participer aux ateliers Activ’Action en ligne, qui ne sont pas encore parvenus jusqu’à sa ville ! Nous sommes tous d’accords pour dire que le confinement présente [aussi] des aspects positifs ! C’est à ce moment que nous sommes re-divisés dans de nouveaux groupes, afin de rencontrer un maximum de personnes. Chacun arrive alors dans un groupe où quelqu’un est en train de partager sa passion, c’est très agréable ! J’indique à mes nouveaux partenaires que j’adore voyager et jardiner ! “Ca te fait un point commun avec moi et un autre avec Samia” me dit Marion ! Nous échangeons alors sur nos voyages respectifs et partageons quelques conseils en matière de potager ! Quand Fabien nous invite de nouveau à rejoindre la vidéo avec tout le monde, je pense : “il faudra que je leur reparle, on a beaucoup de choses en commun”! 

En effet, ce temps d’immersion en sous-groupe n’aura duré qu’une dizaine de minutes. Maintenant, on rentre dans le vif du sujet, on est quand même là pour parler de l’ESS !

Personne ne le sait, mais un parcours particulièrement inspirant, touchant et sincère nous attend...

 

 

Diane Domon, de l’agence de communication bienveillante Z’Est, prend la parole et précise qu’il lui semble important de raconter son parcours en partant du début : son éducation. 

C’est mon éducation qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui, ce sont mes parents qui m’ont transmis un certain nombre de valeurs.” 

 

Plus Diane avance dans son témoignage, plus nous sentons l’émotion dans sa voix. Après avoir démarré une vie qu’on pourrait qualifier de parfaite sur les plans professionnels et personnels : elle fait un burn-out à 26 ans. 

C’était le déclencheur des plus beaux moments de ma vie, même si ça a été très difficile”. 

Diane évoque alors ses remises en question, ses doutes et finalement sa prise de conscience de ne pas être la seule et ce qui lui a redonné de l’espoir : le développement personnel. Après un long travail sur elle-même, 10 années dans sa boîte en tant que responsable communication puis responsable communication et qualité de vie au travail, Diane finit quand même par démissionner pour se libérer de la pression ressentie dans son entreprise. Elle expérimente alors d’autres postes et constate toujours son insatisfaction et une certaine pression dans des structures au fonctionnement trop pyramidale pour elle. C’est sur les conseils de son dernier employeur qu’elle décide de créer en 2019 sa propre entreprise, fondée sur ses valeurs : l’agence de communication bienveillante Z’Est.

Après ce témoignage rempli d’émotions, Fabien intervient et pose la question d’un des participants, la première d’une longue liste :

 

 “Une agence de communication Zen et bienveillante, ça veut dire quoi?

 

Diane nous donne alors sa définition de la bienveillance et nous explique que son concept est de croiser des outils de développement personnel et de psychologie positive avec les processus de communication classiques afin d’en faire des leviers en cohérence avec les Hommes pour qu'ils communiquent avec leurs “tripes”. Elle nous explique ensuite plus concrètement ses missions de communication quotidiennes, et vient une nouvelle question : 

 

En quoi ton agence fait-elle partie de l’ESS?” 

 

Diane répond alors que sa manière de fonctionner est similaire à celle de l’ESS : créer du lien, transformer le monde avec bienveillance, aspect solidaire, collectif, co-construction. L’agence de communication accompagne en effet des structures qui sont dans une dynamique de transformation du monde, de bien-être, dans leur stratégie de communication, en les faisant travailler en collaboration. Du côté événementiel, elle met en avant lors de conférences, “des passionnés qui veulent changer le monde ou des managers pratiquant par exemple, le management bienveillant.

Fabien en profite pour rappeler ce qu’est l’ESS, dont les définitions varient d’un pays à l’autre. Ce secteur en pleine expansion en France, repose sur quatre piliers selon une définition du Mouves** : 

  • Un projet économique viable
  • Une finalité sociale et/ou environnementale
  • Une lucrativité restreinte
  • Une gouvernance participative

 

On passe alors à la question de Chantal, qui va déclencher une incroyable dynamique d’entraide entre participants

 

Je m’intéresse également au développement personnel, j’ai quitté mon emploi de salarié en tant que professeur de méditation, j’aimerais aujourd’hui me lancer dans le secteur de l’ESS mais j’ai du mal à intégrer les normes professionnelles”. 

Eric rebondit immédiatement sur le chat en lui disant qu’il peut l’aider et la conseiller sur ces aspects si elle le souhaite. Chantal est preneuse tout comme Léa et Florence qui confient qu’elles rencontrent la même problématique. Hervé se propose également de les aider et parle d’un éventuel échange de mail. Un groupe d’entraide est en train de se créer

Pendant ce temps, Diane raconte qu’elle a déjà refusé un client dont le fonctionnement ne correspondait pas à ses valeurs et vient déjà le temps de la conclusion ! Les échanges intéressants nous ont fait perdre toute notion du temps : il est déjà 11h45 !

Nous finissons comme toujours sur une note d’optimisme et de gratitude. Chacun réfléchit à un apprentissage ou à une phrase entendue pendant ce temps. 

 

Les avis se ressemblent : 

 

“Merci Diane pour ce partage inspirant, humain et authentique. Je me suis identifiée à toi.”

“Merci de nous avoir rappelé que la communication passait par l’authenticité”

“Merci Diane, cela m’a permis de réaliser que l’on était nombreux à se lancer follement dans le secteur de l’ESS. J’ai plus confiance en moi et je réalise qu’il faut se fier à son intuition”.

Eric termine : “Qu'est ce qu'on est mieux une fois qu'on s'écoute soi-même ! S'écouter soi même et être dans le soin de soi, c'est fondamental, même si ça fait tarte à la crème de le dire. Diane est une belle illustration de ce que ça peut donner comme réussite.”

 

Léa demande dans le chat :

 

“A quand le prochain coup de projecteur sur l’ESS ?”

 

Pas de panique Léa, nous nous retrouvons le 30 avril avec le Mouves. Le Mouves, c'est un réseau qui rassemble toutes les initiatives qui ont un impact social et/ou environnemental. C'est l'occasion idéale de pouvoir bénéficier de leur regard sur le secteur de l'ESS en France, et d'échanger avec eux à ce sujet ! Inscription gratuite ici.

D’ici-là, des échanges sont prévus entre participants pour s’entraider sur les problématiques soulevées pendant l’événement !

Pendant toute l’année 2020, Activ'Action mettra à l’honneur le secteur de l’Economie Sociale et Solidaire, si vous avez des envies de sujets particuliers, dites-le-nous en envoyant un mail via la boîte de dialogue située dans notre rubrique "contact". ;)

* Afin de respecter l'anonymat des participants, les prénoms ont été modifiés.

** Le Mouves est le Mouvement des entrepreneurs sociaux, nous les accueillons le 30 avril en ligne !

 

Partager cette page :