Naïma nous raconte son expérience Activ'Action.

Lorsque je suis revenue en Alsace, j'étais au chômage et j'étais vraiment désespérée. J'avais besoin de soutien.

 

L'associatif ne m'avait jamais interpellé avant. Mais là c'est un de mes contacts Facebook qui m'a parlé d'Activ'Action du coup j'y suis allé.

 

Mon 1er atelier était animé par Eleonora et Elsa. Ce n'était pas ce que j'attendais mais j'étais surprise par le contenu de l'Activ'Boost qui m'a permis de continuer à refléchir après l'atelier.

 

A l'époque j'étais dans le flou. Mais dès le premier Activ'Boost il y a des choses qui me correspondaient vraiment qui sont ressorties. La structure de l'atelier permet beaucoup de choses en seulement 3 heures : parler de soi, rencontrer nouvelles personnes, réfléchir sur ses envies et son avenir …

 

J'ai donc continué à participer aux différents ateliers proposés parce que je pouvais partager mes centres d'intérêt et être soutenue par les autres Activ'Acteurs, en particulier durant l'été.

 

Et puis l'esprit d'Activ'Action et

l'émulation qui se créent entre les membres ça me donnait envie de faire de nouvelles choses que je n'avais jamais faites. Ca m'a permis de me découvrir en même temps. Surtout je pouvais être utile : quand on est au chômage on a l'impression qu'on ne vaut rien, mais là je pouvais quand même donner des idées intéressantes à quelqu'un qui a un projet. C'est des petites choses mais c'est très important. Et en plus on peut le valoriser pendant les entretiens !

 

Le fait d'être impliquée dans Activ'Action ça crée de l'engouement qui dure, ça maintien dans une bonne dynamique. C'est hyper valorisant de montrer que je suis active pendant ma période de chômage, que je crée de nouvelles choses, que j'ai des projets … C'est stimulant, j'ai l'impression d'avoir milles vies !

 

Dès que je peux partager, participer à des événements Activ'Action je le fais. Parce que j'ai trouvé du soutien que je n'ai retrouvé nulle part ailleurs. C'est rassurant de rencontrer des personnes qui me comprennent parce qu'on parle exactement de la même chose, ça permet d'échanger des astuces, des solutions, des bons tuyaux pour passer les étapes, les obstacles ou les déceptions que l'on rencontre lors d'une période de recherche d'emploi. C'est du concret !

 

A chaque épreuve que je rencontre, je m'appuie sur les Activ'Acteurs. Ce que je vis, d'autres l'ont vécu et ont des solutions à me proposer. Par exemple, lorsque j'ai retrouvé un emploi, j'ai rencontré un problème de mémoire. J'avais du mal à me rappeler les procédures et intégrer toutes les marches à suivre rapidement. Je croyais que j'étais devenue ramollie par ma période de chômage et parce que j'ai bientôt 40 ans... J'ai alors demandé conseil au reste de la communauté sur Facebook et en fait j'ai été super étonnée par toutes les réponses et solutions données ! Je n'étais pas la seule à avoir vécu cela et j'ai reçu beaucoup de soutien spontanément de personnes que je ne connaissais même pas !

 

Mon conseil aux futurs Activ'Acteurs ? Ne pas avoir d'a prioris. Prendre le temps de faire plusieurs ateliers. Les rencontres sont toujours une surprise. Même si on ne connait personne lors de notre premier atelier, on a toujours des affinités avec des gens et le cadre dans lequel on évolue permet de créer du lien. Je suis encore en contact avec les Activ'Acteurs malgré la distance et le temps (Clément est parti au Luxembourg et il continue à m'aider sur des questions informatiques par exemple) Lorsque je suis arrivée dans Activ'Action, je pensais avoir la solution pour trouver un emploi et en fait je suis ressortie encore plus enrichie personnellement grâce aux autres et aux opportunités proposées !

 

Activ'Action pour moi en une phrase : « T'es capable, t'as les ressources en toi, tu peux faire sauter les verrous ! »

 

 

 

 

Please reload

Posts à l'affiche

Le FSE et l'Eurométropole de Strasbourg soutiennent Activ'Action

March 12, 2018

1/3
Please reload

Posts Récents