Clémence nous partage son expérience de stage chez Activ’Action en tant qu’assistante administrative et financière. Basée sur l'antenne de Strasbourg, Clémence se confie sur ses missions, ses motivations, ses valeurs, les compétences développées, et bien plus encore ! 

 

On ne déroge pas à la tradition...Peux-tu te présenter par deux choses qui te caractérisent?

  • La première chose qui me caractérise c’est la cuisine. Rien de très élaboré. J’aime les petits plats authentiques faits avec amour. Et surtout avec des produits frais, récupérés au marché tous les mercredis au bout de ma rue. J’aime autant suivre des recettes que me lancer dans des improvisations. Je cuisine souvent avec mes proches. C’est une activité qui me permet de créer du lien. C’est très satisfaisant de transformer de simples légumes en un plat à partager ensemble et c’est toujours une occasion de découvrir de nouveaux horizons. 
  • La deuxième chose qui me caractérise, c’est la danse. J’ai fait beaucoup de jazz, un peu de hip-hop, un peu de contemporain. J’ai pratiqué le pilates. Je pratique aussi le yoga. Cette année, j’ai découvert la danse d’improvisation. Un grand espace de liberté s’est ouvert à moi et je suis curieuse de découvrir d’autres formes de cette pratique en équilibre entre le sport et l’art. J’ai fait des rencontres de manière différente: Quand on danse à plusieurs, on échange peu avec les mots, mais le corps lui propose un nouveau langage et une autre manière d’exprimer et de partager. Si je résume, c’est ce qui me permet de canaliser ma tête, mon coeur, mon corps et de partager avec les autres.

 

Parle-nous un peu de ta vie avant d'intégrer Activ'Action...

J’étais en fin d’étude à l’Ecole de Management de Strasbourg où je terminais le Programme Grande Ecole avec 2 spécialisations: le Marketing et l’Entrepreneuriat. Je venais d’effectuer un premier stage de fin d’étude qui s’est terminé plus tôt que prévu et dans des conditions que j’ai mal vécu. Ce stage étant écourté, je devais en trouver un autre pour compléter les 2 mois nécessaires pour valider mon parcours universitaire. J’ai eu une grosse perte de confiance en moi suite à la fin brutale de cette expérience professionnelle et des retours de mes tuteurs. C’était la première fois et j’avais du mal à rebondir. Je consultais beaucoup les annonces sur différents sites, j’en trouvais qui me plaisaient, je les sauvegardais mais je ne déposais jamais ma candidature. J’étais vraiment bloquée.
Il se trouve qu’un voyage était organisé fin février, avec mon frère, à Bali, afin de fêter la fin de mon stage. Cela faisait 6 mois que nous préparions ce grand départ à l’autre bout du monde. Mon frère m’a encouragé à partir, malgré le fait que je m’inquiétais énormément de ne pas réussir à faire mes recherches jusqu’au bout et que je me sentais nulle. Il m’a encouragé à me changer les idées. Et c’est exactement ce qu’il s’est passé. J’ai vidé ma tête de beaucoup de ruminations inutiles et j’ai pris le temps de m’intéresser à quelque chose que je ne connaissais pas. Ma première fois en Asie. Je suis rentrée le 21 mars, au début du confinement. J’ai repris mes recherches. Je sélctionnais moins d’annonces, et en mars j’ai postulé pour une annonce qui m’a fait rêver et qui m’a motivée à préparer une belle candidature. De toute cette recherche, c’est la seule pour laquelle j’ai candidaté.

 

Qu’est ce qui t’a donné envie de rejoindre Activ’Action?

Ce qui m’a vraiment plu en premier, c’est la détermination de faire changer une expérience de vie perçue par beaucoup comme négative (le chômage) et d’en faire une expérience riche et positive.

Ce qui m’a percuté, c’est le processus de recrutement. Il m’était demandé de donner un CV qui me ressemble ainsi que la réponse à 3 questions: 

  • Présenter deux choses que j’aime faire dans la vie. 
  • Ce qui m’intéresse chez Activ’Action.
  • Ce que je souhaite faire et développer dans l’association. 

J’ai été très attirée par l’originalité du format de candidature. Je me suis mise au boulot: j’ai refait mon CV, vraiment à ma sauce et j’ai longuement travaillé les 3 réponses. 

On m’a offert l’opportunité de me présenter telle que je suis, ça m’a vraiment motivée! C’était la première candidature que j’envoyais et c’est la seule que j’ai eu à faire.

 

Quel est / a été ton rôle chez Activ’Action?

J’étais stagiaire assistante administrative et financière. J’assistais le responsable dans les tâches opérationnelles de l’association afin qu’il puisse se dégager du temps pour des missions d’analyse et de stratégie. Aujourd'hui, je suis chargée d'interventions dans les structures sociales, mais ça, c'est encore une autre aventure ! 

 

Concrètement, quelles étaient tes missions? As-tu une journée type à nous décrire?

Je déposais les offres d’emploi de l’association sur les différents sites de recrutement et les réseaux sociaux, je travaillais sur les fiches de paie, les notes de frais, l'organisation des trajets de nos chargé(e)s de mission, l’achat de matériel pour la vie du bureau, les ateliers. Je préparais en partie l'arrivée des nouveaux membres de l’équipe. J’ai préparé les dossiers de demande de financement pour que nous puissions accueillir des alternants pour la première fois. J’ai participé à la récolte de témoignages d’Activ’Acteurs pour la mesure de notre impact. Nous avons lancé un projet de standard téléphonique. J’ai eu la chance de former Meghann qui m’a succédé à ce poste. J’ai également eu la possibilité d’animer des ateliers communauté pour mieux découvrir les actions concrètes d’Activ’Action.

Il n’y avait pas vraiment de journée type au final. J’avais des missions très diversifiées, à la fois en autonomie et d’autres en groupe et ce avec tous les membres de l’équipe. Ce qui m’a plus c’est de mettre mon travail au service des salariés qui eux mettent le leur dans l’action de terrain. Je me suis sentie utile.

 

Quelles compétences as-tu développées et développes-tu encore au quotidien?

Il y en a tellement! 

J’ai surtout développé mes compétences d’organisation, de planification, de priorisation et de gestion du stress. En somme toutes les compétences qui permettent d’être autonome sur ses missions. J’ai reçu énormément de conseils et de bonnes pratiques de la part des membres de l’équipe, et ça, ça n’a pas de prix! Aujourd’hui, à la fin de mes études, je peux dire que je me sens prête pour la vie active et le monde du travail!


J’ai également développé ma posture. Avant Activ’Action, je maîtrisais certains éléments (expressions du visage, regards, gestuelle, intonation, bienveillance…) mais je ne me figurais pas toutes les dimensions de l'ingénierie de la posture de facilitation. Je ne prétends pas la maîtriser totalement à ce jour, c’est un apprentissage qui se construit avec le temps.

Enfin, j’ai vraiment augmenté en compétences sur les questions administratives, financières et de ressources humaines de la structure. J’ai pu comprendre les différents rouages de la machinerie interne d’Activ’Action et toutes les actions pour faciliter le travail des acteurs de terrain. J’ai également pu comprendre les interactions avec les institutions publiques, les partenaires, les financeurs... Cette expérience m’a permis d’avoir une vision très large d’Activ’Action et de son impact sur la société.

 

Qu’est ce qui te donne envie de te réveiller tous les matins?

Ce qui me donne envie de me lever les matins, c’est savoir que je mets mon énergie au service d’un projet qui cherche à augmenter le lien, la collaboration dans la société. Je me lève avec le sourire car je sais que je vais peut être aider quelqu’un dans ma journée et au moins créer du lien avec des humains passionnants!

 

Ce que tu aimes le plus chez Activ’Action?

La diversité, que ce soit au sein des hommes et des femmes mais aussi celle des actions menées par la structure! Cela permet de créer une grande richesse et un grand impact! Cela me permet d’assouvir ma curiosité naturelle et de découvrir quelqu’un ou quelque chose de nouveau tous les jours!

 

Le moment le plus marquant dans ton parcours au sein d’Activ’Action?

Mon entretien de fin de stage avec le responsable administratif et financier. Ses retours constructifs m’ont vraiment permis de sentir que j’avais accompli quelque chose de concret au sein de la structure. C’est le moment où j’ai réalisé tout le chemin parcouru en 6 mois! Ça m'a donné beaucoup de confiance en moi et ça a renforcé mon sentiment d’être une professionnelle compétente. 

 

La valeur Activ’Action qui te représente le plus, et pourquoi?

La valeur qui me représente le plus dans l’association est la diversité. Comme expliqué plus haut, je suis curieuse et cette diversité me permet de m’ouvrir tous les jours un peu plus au monde. 

 

Comment l'appliques-tu, tous les jours, dans ton travail?

Je m’applique à pratiquer la bienveillance et le non-jugement. Ce sont d’excellents outils pour accueillir l’Etranger, le Différent, l’Autre et potentiellement se nourrir de ces différences. J’essaye d’être optimiste, de ne pas laisser mes préjugés et mes différents biais psychologiques prendre le dessus. Cela m’aide également à accepter les imprévus sur ma route et reprendre le pouvoir face à eux et rebondir, comme une sauterelle. 

 

Activ’Action, en un mot?

La résilience! 

 

Partager cette page :